LE PERSIFLEUR (106)

Publié le par JMF

Le Persifleur sait que des associations soustonnaises émigrent dans des cités voisines pour pratiquer leurs activités.
Ainsi un club de ju-jitsu attend -t-il un créneau d'utilisation du hall des sports pour exercer son art martial dans la commune où il est déclaré en Préfecture depuis plusieurs mois.
Une association de salsa donnera des cours à partir d'avril à Saubion.
Elle n'a pas trouvé de salle disponible à Soustons malgré ses requêtes en mairie.
Le Persifleur reconnait qu'il est difficile de satisfaire toutes les exigences de loisirs, surtout quand elles ont une audience plus ou moins confidentielles.
Reste que toute activité a le droit d'exister et de vivre.
Faut-il construire d'autres infrastructures dont l'investissement et le fonctionnement seraient à la charge des contribuables locaux?
Le Persifleur préfère sa place à celle des décideurs.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article